Skip to content


Les blés de l’avenir

Un article intitulé les blés de l’avenir est à lire (p. 21) dans le n0 sept-oct 2011 du magazine (gratuit en ligne) Biolinéaires.

Florent Mercier, dont il est question dans l’article sus-cité, a par ailleurs témoigné ici de son engagement : un article passionnant qui nous rappelle, par exemple, que le Kamut ne pousse pas en France (d’où la question à l’adresse de ceux qui le consomment : « pour du blé, aliment de base, est-ce bien raisonnable ? ») ou qu’il existait autrefois des blés poulards, autrefois très cultivés en Auvergne (le saviez-vous? Moi, non). (v. aussi ici).

Dans sa ferme du Pont-de-l’Arche (49080 Bouchemaine), en pays angevin, il cultive aujourd’hui plus de deux cents variétés de blé oubliées : poulard d’Auvergne, saissette de Provence, rouge du Morvan, blés d’Iran, de Suède, d’Espagne etc., ainsi que des variétés anciennes de seigles ou d’orges.

De son expérience et de ses voyages, il a tiré un livre de témoignages : Voyage autour des blés paysans, édité par le Réseau Semences paysannes, qu’il me plairait certainement de lire.

Florent Mercier a aussi écrit sur la carie du blé, par exemple.

A lire aussi Variétés anciennes de blé : le retour aux origines du pain, pour Echobio.

Be Sociable, Share!

Posted in Actu du pain, Documentation, Farines.


5 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

  1. Jean-Philippe de Tonnac says

    merci Florence, la piste des blés anciens, des variétés rejetées du catalogue officiel est très prometteuse et je crois qu’elle sort progressivement de la dissidence pour être questionnée au grand jour. la plupart de nos grands chefs travaillent avec des produits qui ne sont pas référencés dans les nomanclatures officielles européennes. si l’art cuisinier devait se mettre dans le pas des politiques, il serait définitivement à la solde de l’industrie agro-alimentaire. le pain retrouve ses accents gaulois et c’est une révolution copernicienne et boulangère qui est en marche silencieuse.

  2. Franck A says

    mais faisons une table ronde avec Pierre Rahbi et Coline Serreau qui ont traité en partie de ce sujet dans leur film « solution locale pour désordre global » ? cordialement, Franck A.

  3. Roland Feuillas says

    Si vous venez jusqu’à Cucugnan je pense que je pourrai vous y faire la démonstration de tous les intérêts de « l’original Kamut ».
    Je me suis moi même longtemps opposé à cette marque de blé du Khorasan. Aprés plus d’une trentaine de cultivars diverses testés je me suis, non sans un soupçon de honte, rangé à l’écrasement du « Kamut Original »provenant du Canada en ce qui me concerne. J’ai donc signé une licence qui me donne le droit d’usage de la marque et accés à une filière d’approvisionnement.
    Moi qui suis toujours en train de calculer mes émissions de CO2 je ne suis en rien en mauvaise conscience.
    Nous faisons aussi des pâtes 100% Kamut.
    Quand je reçois une pallette de 1 tonne de Kamut je dispose d’un cahier de plus de 20 pages me donnant une vison scientifique totalement détaillée de la charge nutritionnelle et de la palette nutritionnelle des blés que je vais moudre…
    Si en aval le travail est en corrélation la disponibilité nutritionnelle est absolument impressionnante de qualité. Je ne connai pas à ce jour d’autres blés et d’autres fournisseurs qui me donne autant pour le transmettre à mes clients consommateurs.
    Bravo pour votre passion votre engagement et votre travail.
    Roland

  4. Flo Makanai says

    Franck, quelle idée formidable une telle table ronde! J’en serai la première émerveillée.
    Vous êtes partant?

  5. Flo Makanai says

    Merci beaucoup Roland, pour ces informations issues de votre pratique que je sais extrêmement réfléchie et passionnée.
    Si j’avais pu venir à votre rencontre à Cucugnan depuis que je connais votre démarche, grâce à Jean-Philippe, sachez que j’aurai accouru. Le jour viendra, forcément.



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.



css.php